Une histoire du Canada par Alex Janvier

Alex Janvier est l’un des artistes éminents du Canada : membre fondateur du Groupe indien des Sept, militant et éducateur, il a contribué au développement de l’art autochtone et redéfini l’histoire de l’art canadien. Pourtant, j’entends souvent que « le Canada n’a pas d’histoire. » Laissez-le vous la conter.

906247

L’histoire du Canada a commencé avec des peuples autochtones nomades qui perpétuent des traditions orales et vouent un tel respect à la nature que leurs traces sont rares. C’est ce qu’on appelle minimiser son empreinte écologique en termes du 21e siècle. L’arrivée des premiers colons au 16e siècle est le début d’une nouvelle ère, et d’une politique assimilationniste jusque fin des années 1990 qui visait à l’extinction de ces cultures autochtones.

Né en 1935 dans la réserve de Le Goff en Alberta dans les Rocheuses canadiennes, Alexandre Simeon Janvier fait partie de ces Premières nations. Il est élevé jusqu’à ses huit ans dans les traditions dénésuline et saulteuse, puis est retiré à ses parents pour intégrer le pensionnat de Blue Quills près de St. Paul en Alberta, passage alors obligatoire* pour les enfants amérindiens, métis et inuits.

Il reste au pensionnat indien dix ans qui, s’ils ne le dépossèdent pas tout à fait de sa culture, le marquent à jamais. Il y est néanmoins encouragé à cultiver ses talents artistiques, ce qu’il fait au Southern Alberta Institute of Technology and Art de Calgary (aujourd’hui l’Alberta College of Art and Design) dont il obtient son diplôme avec mention en 1960. Il y exorcise sa douleur et son chagrin par des symboles issus de la culture et de la spiritualité autochtone.

Ses toiles sont peuplées d’animaux spirituels -notamment l’aigle-, d’éléments emblématiques tels que les pow-wow et d’une variété de lignes, de points et de couleurs symboliques qui font référence à la création et à la place de nous y tenons. Inspiré par Wassily Kandinsky et Paul Klee, sa découverte de la peinture calligraphique à l’encre de Chine transforme son art : les formes géométriques angulaires laissent place à de longues lignes fluides aux courbures organiques déclinées dans une palette de couleurs inspirée de la terre, de l’eau et du ciel -son style abstrait unique.

 img_20170220_111832

Au début des années 1970, Alex Janvier commence à peindre des œuvres circulaires alors que peu d’artistes utilisent cette forme picturale. Le cercle symbolise un processus constant où se succèdent les cycles de la naissance, de la mort et de la renaissance -expression de la cosmologie de la nation dénésuline.

img_20170219_125144

Son œuvre Etoile du matin – Gambeh Then’ recouvre la coupole du salon de la Rivière au bout de la Grande Galerie du Musée canadien de l’histoire (anciennement Musée canadien des civilisations) à Gatineau, Québec. Elle s’intègre dans son environnement extérieur, tant naturel avec la rivière des Outaouais que bâti avec les édifices du Parlement canadien, grâce à des parois vitrées qui offrent des vues spectaculaires.

img_20170219_105510

Cette peinture murale s’élève 7 étages au-dessus du salon et s’étend sur 418 m², auréolant l’escalier. Réalisée en un peu plus de 3 mois avec son fils Dean, elle est composée de 3 cercles traversés de rayons irradiant de tous les côtés, ce qui donne d’en bas une impression spirituelle que l’intérieur bouge et vibre. Au centre, la lumière guide ; ensuite le cercle des nations ; et en 3e rang le cercle spirituel. A cela s’ajoutent 4 quarts qui marquent par leur couleur distincte les différentes étapes de l’histoire sociopolitique du Canada.

splash-morningstar-mobile

Lee-Ann Martin, conservatrice du musée, affirme que « cette peinture murale est très importante dans l’histoire de l’art autochtone au Canada. Réalisée en 1993 soit un an seulement après les célébrations et dé-célébrations tenues en 1992 pour l’anniversaire de l’arrivée de Christophe Colomb dans les Amériques, Alex Janvier en a fait un récit des relations entre autochtones et non-autochtones au Canada au cours des 500 dernières années. »

cd2001-0085-0301-540x360

Le quadrant jaune évoque un temps heureux où règne l’harmonie avec la Nature avant l’arrivée des Européens. Les peuples autochtones de toute l’Amérique du Nord avaient leurs langues et leurs pratiques spirituelles. Les formes évoquant des navires représentent l’arrivée des Européens à partir de 1492.

cd2001-0089-024-540x360

Le quadrant bleu rappelle les bouleversements et l’affaiblissement des cultures autochtones après l’arrivée des Européens. L’énorme cercle perce le premier et l’annule. Les motifs se superposent au dessin original, le rendant faible, pour symboliser l’imposition aux cultures autochtones de croyances et pratiques européennes. La culture traditionnelle, traitée de sauvage et de porte-malheur, est progressivement perdue par l’assimilation.

cd2001-0084-015-540x810 

Le quadrant rouge symbolise les luttes menées par les chefs spirituels pour préserver les langues, croyances et pratiques indigènes. La ville soustraite à la vue représente les Autochtones qui ont quitté leurs communautés pour saisir les occasions offertes par les anciennes politiques d’assimilation mais qui se sont trouvés abandonnés et oubliés dans un environnement urbain étranger. Après les déceptions, c’est une époque de transition et de lutte où les croyances et traditions autochtones se réaffirment.

cd2001-0089-030-540x360

Enfin, le quadrant blanc représente la guérison et la réconciliation. En contre-pied du passé, le présent est décomplexé : les Amérindiens veulent guérir. Ils se sentent mieux et comprennent qu’il n’est jamais trop tard pour être Autochtone. Des formes évoquant des huttes de sudation symbolisent la réappropriation de la spiritualité et le retour aux pratiques traditionnelles.

9666684898_27912ac24b_b-310x150

Outre l’exploit d’ingénierie pour travailler des formes conceptuelles sur un plafond voûté, cette peinture est la « meilleure œuvre murale » d’Alex Janvier selon ses propres dires. Elle transcrit un espoir d’harmonie pour le futur entre les Premières nations et les nouveaux arrivants, symboliquement signé en blanc dans le quadrant rouge.

Douglas Cardinal, architecte du musée et Métis d’Alberta, confirmait que « cette œuvre magnifique a sa place sur le dôme du musée. Inspirante, elle symbolise le rassemblement de personnes de toutes les races, croyances et nationalités qui collaborent en paix et en harmonie. Cette œuvre représente ce que les Canadiens désirent : la collaboration pour créer une grande nation. »

Le musée lui-même parle de ce rassemblement : le design extérieur en matériaux provenant de différentes régions du Canada raconte l’émergence du continent, sculpté par les vents, les rivières et les glaciers. Quatre éléments canadiens sont ainsi représentés de façon abstraite : le Bouclier canadien, les glaciers, les courants formés par les eaux de fonte glacées, et les Grandes plaines.

Parce que la culture -orale ou écrite- est notre identité, puisse cette Etoile du matin vous guider, comme elle orientait le peuple nomade de l’artiste l’hiver, au petit matin, quand ils quittaient leur campement et se dirigeaient selon les étoiles dans le ciel, surtout celle-là : leur point de repère dans un monde qui tourne.

 

 

 

*La création des pensionnats indiens au Canada découle des politiques assimilationnistes de l’Acte pour encourager la civilisation graduelle des Sauvages (1869), deux lois réunies dans la Loi sur les Indiens (1876, encore en vigueur). L’inscription au pensionnat indien était obligatoire pour les enfants et ils étaient punis s’ils parlaient leur langue ou affirmaient leur culture. Certains y ont subi des violences physiques et psychologiques ; tous y ont été acculturés ce qui a eu de graves conséquences sur les anciens pensionnaires, leurs familles et l’entourage de ceux qui n’ont pas survécu à un tel système. Plus de 150 000 enfants amérindiens, métis et inuits ont fréquenté les pensionnats indiens jusqu’à ce que le dernier ferme en 1996. Si le sujet reste délicat à évoquer, passer du temps avec ces communautés et s’intéresser sincèrement à leur culture vous ouvrera la porte d’une histoire millénaire.

Publicités

Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s