Quand Cyrano de Bergerac défend Le Corbusier

Ou comment ériger un simple Cabanon au rang de luxe

On se souvient de ses lunettes rondes, de sa passion du béton, et de son obsession pour la simplicité qui l’a conduit à créer des « machines à habiter » maximisant fonctionnalité plutôt qu’espace. Il est l’architecte visionnaire Charles-Édouard Jeanneret, dit Le Corbusier, disparu il y a 50 ans.

Humaniste adepte du minimum vital, il appliquait ce qu’il prônait et passait ses étés dans un cabanon de 13 mà Roquebrune-Cap-Martin, au bord de la Méditerranée. Construit en 1952 selon le système de mesure Modulor, qu’il a créé sur la base de la taille de l’homme moyen -1m83 ou 2m26 les bras levés-, ce cabanon mesure 2m26 de haut pour 3m66 X 3m66 au sol. Un « château sur la Côte d’Azur », disait-il.

Réalisation personnelle et emblématique de l’architecte mondialement connu, le Cabanon est classé aux monuments historiques depuis 1996, a reçu le label Patrimoine du XXe siècle en 2001, et se visite désormais.

En ce jour anniversaire de la disparition du Corbusier, je lui dédie cet hommage en imaginant ce que Cyrano de Bergerac aurait pu répondre à ceux qui penseraient que c’est beaucoup de bruit pour un si… petit… cabanon.

IMG_8402 IMG_8380 IMG_8397

Ah ! Non ! C’est un peu gros, jeune homme !

On pouvait dire… oh ! Dieu !… Bien des choses en somme…

En variant le ton, —par exemple, tenez :

Agressif : « Moi, monsieur, si j’avais une telle maisonnée, coincée comme une île entre la mer et la voie ferrée, je l’aurais sur le champ désenclavée ! »

Amical : « Mais quelle épopée que d’y arriver à pieds par le sentier des douaniers : pour venir, prévoyez un maillot et rafraîchissez-vous à la plage du Buse ! »

Descriptif :  « C’est un chalet ! … c’est une cabane… c’est une baraque ! Que dis-je, c’est une baraque ? … C’est une cellule d’habitation ! »

Curieux : « Pourquoi faire plus, quand on peut le moins ? Ici, tout est à portée de main ! »

Gracieux : « Aimez-vous à ce point vos voisins que discrètement vous eussiez construit votre logis dans leur périphérie ? J’entends dire qu’une porte dérobée vous conduit au snack « L’étoile de mer » de Monsieur Rebutato et aux unités de camping déployées à côté. On murmure aussi que la villa E1207 de vos amis Eileen Gray et Jean Badovici fut bâtie en contrebas dans le respect de vos cinq points de l’architecture moderne -pilotis, plan libre, fenêtre en longueur, façade libre et toit-terrasse ?… »

images steps to cabanon 2 (1 of 1) le-corbusier-le-cabanon-roquebrune-cap-martin_1

Truculent : « Ca, monsieur, vous êtes tranquille dans ce coin sauvage ou du moins préservé, sur un littoral partout bétonné et surpeuplé ! »

Prévenant : « Gardez-vous d’être pris de vertige, en équilibre sur les rochers, et de vous noyer dans la mer à vos pieds ! »

Tendre : « Faites-lui faire un filet à poissons et elle passerait tout à fait pour une baraque de pêcheur, avec son bardage de croûte de pin et son toit en plaques ondulées ! »

Pédant : « Seule la Méditerranée, monsieur, qui recèle tout ce dont on peut rêver, dut bénéficier de la présence quotidienne des joies essentielles : le soleil, l’espace et la verdure ! »

Cavalier : « Quoi, l’ami, vous l’avez griffonnée en trois quarts d’heure sur une simple nappe en papier ? »

2-Crédit photo Olivier Martin-Gambier pour la Fondation Le Corbusier 3-Crédit photo Olivier Martin-Gambier pour la Fondation Le Corbusier 5-Crédit photo Olivier Martin-Gambier pour la Fondation Le Corbusier

Emphatique : « Aucun ouvrier n’eût pu, délicate maisonnée, vous amener par bateau puis par train sur le site où vous avez été assemblée, excepté le menuisier corse attitré du Corbusier ! »

Dramatique : « C’est un entraînement de spartiate que de vivre dans une telle sobriété ! »

Admiratif : « Pour un architecte qui s’est imposé dans la démesure de grands projets, quel dénuement ! Et pourtant tout y est : pour dormir, se laver, travailler et même ranger ! »

Lyrique : « Dame Nature aurait-elle invité les règnes minéral, végétal et marin ? Je crois déceler au travers de vos trois fenêtres les roches à l’arrière, le jardin à côté et la Méditerranée au loin ! »

Naïf : « Ce cabanon, quand sera-t-il agrandi ? »

9-Crédit photo Olivier Martin-Gambier pour la Fondation Le Corbusier 8-Crédit photo Olivier Martin-Gambier pour la Fondation Le Corbusier 7-Crédit photo Olivier Martin-Gambier pour la Fondation Le Corbusier

Respectueux : « Souffrez, monsieur, qu’on vous salue, c’est là de votre talent un fier aperçu ! »

Campagnard : « Hé, ardé ! C’est-y un boun tableau dans le couloir ? Nanain ! Faut vous dire étou que c’est le Corbu qu’a ben dessiné de traviole sur les murs peur fare joli ! »

Militaire : « Le camouflage de ce Cheval de Troie est parfait. Reste que pour la toilette c’est dehors, avec le tuyau d’arrosage traînant sous le grand caroubier, ou dans le minuscule lavabo en inox récupéré dans un hôpital et au toilette trônant derrière le lit ! Quant aux repas, vous les prendrez à la guinguette d’à côté, et pour travailler un peu plus loin dans la baraque de chantier laissée comme entrepôt et atelier. »

Pratique : « Voulez-vous un oreiller ? Il est sculpté dans le bois du lit ! Et des rangements ? Ils sont intégrés dans les parois et un faux-plafond. La table pivote autour d’un pied unique pour faciliter le passage, et deux caisses de bois font office de tabourets. Une vitre a même été remplacée par un miroir pour se raser, capter la lumière et multiplier les angles de vue sur le paysage ! »

Enfin parodiant la presse locale en un sanglot :
« Le Corbusier y arrivait par train tous les étés pour passer inaperçu, torse nu, en short et chaussé de vieilles espadrilles. Il était le touriste le plus mal logé de la Côte d’Azur ! »

 

C’est dans ce coin perdu que Le Corbusier a disparu à la suite d’un malaise cardiaque le 27 août 1965, à l’âge de 78 ans, lors d’un bain dans la Méditerranée. Il est désormais enterré près de sa femme Yvonne Gallis, ancien mannequin monégasque qu’il adorait, dans le petit cimetière du village de Roquebrune-Cap-Martin, dans une tombe qu’il avait lui-même dessinée. Cinquante ans après son décès, qu’il soit mal-aimé ou acclamé, son oeuvre continue de faire parler. Signe de son succès !

Publicités

Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s