Buller à la Maison Bernard

La Maison Bernard est une des plus belles réalisations d’architecture organique par l’habitologue* hongrois Antti Lovag. Construite dans les années 1970 sur la Côte d’Azur entre Cannes et Saint-Tropez, dans le massif rougeoyant de l’Estérel, cette maison-bulles était destinée à la famille de l’homme d’affaires Pierre Bernard. Suivez le guide.

Yves Gellie pour fonds de dotation Maison Bernard
Crédit photo : Yves Gellie pour fonds de dotation Maison Bernard

A première vue, la Maison Bernard est un OVNI posé sur la roche. On croirait une illusion, un mirage provoqué par la chaleur estivale. J’ai beau me pincer, elle est toujours là. Prise de curiosité, je m’approche du domaine privé de Port-la-Galère, à Théoule-sur-Mer où se trouve la villa, pour mieux contempler cette étrange construction.

Yves Gellie pour fonds de dotation Maison Bernard

Difficile, néanmoins, d’appréhender une structure aussi insaisissable. Cette impression de paysage lunaire dans des couleurs ocres, qui rappellent la terre sur laquelle elle repose avec grâce… De loin, on croirait des soucoupes, voire des œufs encastrés les uns dans les autres comme s’ils voulaient se tenir chaud. C’est un nid douillet d’aigles, d’autant qu’il épouse les contours naturels escarpés, un nid en totale symbiose avec son environnement.

Yves Gellie pour fonds de dotation Maison Bernard

Plus je la fixe et plus elle m’hypnotise, cette « maison-bulles ». Que ne donnerais-je pour pénétrer ces lieux mystérieux ! Pendant plusieurs mois, je l’ai observée de loin, je l’ai couvé du regard. Et puis les cieux ont fini par exaucer mes vœux. J’apprends récemment que cette propriété privée est devenue Fondation et qu’elle organise des visites sur rendez-vous. Aussitôt inscrite, je suis accueillie par un ancien ami de l’habitologue -David- et la responsable de la maison -Lola.

Yves Gellie pour fonds de dotation Maison Bernard

J’entre à pas intimidés dans la première bulle et tente d’imaginer ce qu’avait ressenti Antti Lovag en découvrant ce terrain accidenté. Nous sommes sur un promontoire rocheux typique des collines de l’Estérel, déchiqueté et raviné, au sol volcanique dur et acide, aride. Sa couleur ocre contraste avec le bleu de la Méditerranée dont les vagues clapotent en contrebas. Peu importe où je me place, les vues sont toujours aussi saisissantes sur la baie de Cannes, les jardins ou encore les montagnes environnantes. Les embruns remontent des flots pour nous rafraîchir. Je suis subjuguée. Face à un tel paysage, l’homme qui prétendait y ajouter un grain de sable devait y réfléchir à deux fois pour ne pas compromettre l’équilibre de la nature.

Yves Gellie pour fonds de dotation Maison Bernard

Cet impératif était bien compris par Antti. L’architecte vivait sur ses chantiers pour s’imprégner de ses aspérités et d’orienter au mieux l’implantation de la villa et ses ouvertures en fonction de l’usage de chaque pièce. Son travail était soumis au paysage, à la course du soleil, aux vents ou aux saisons. En dix ans de chantier, il a donc eu le temps concevoir une maison futuriste des plus abouties.

Yves Gellie pour fonds de dotation Maison Bernard

Son approche novatrice et radicale de l’habitat consistait aussi à s’adapter à la morphologie et aux comportements journaliers de l’être humain. Précurseur de l’habitologie, ses cocons extérieurs sont l’aboutissement ; à l’intérieur de cette antre atypique, du sol au plafond et des murs aux fenêtres, tout bouge et tout est arrondi. Sans contraintes d’angles, le corps et l’esprit peuvent errer librement. Le mobilier est intégré aux parois, des hamacs sont servis en guise d’alcôves pour amortir la résonance des hauts plafonds ou des tables tournantes permettent à ses résidents de s’économiser. Une maison au service de l’homme qui ne brusque pas la nature : double défi, double réussite.

Yves Gellie pour fonds de dotation Maison Bernard

Toujours aussi avant-gardiste, même 40 ans après sa construction, la Maison Bernard est un chef d’oeuvre architectural, une sculpture vivante. Déroulée sur plusieurs niveaux, alternant grands volumes et recoins protégés, jouant avec la lumière pour capter les reflets de chaque instant de la journée, elle offre des vues dignes de cartes postales qui se suivent et ne se ressemblent pas. Dans la douceur de son intérieur, nos repères s’envolent et nous voilà projetés dans une oeuvre d’art où notre regard suit les courbes sans jamais se lasser.

Yves Gellie pour fonds de dotation Maison Bernard

Le plan de la maison est tout aussi fluide. Antti l’a créé par petites touches. De son propre aveu, il commençait sans trop savoir où il allait, puis rajoutait et modifiait en modulant selon la nature et les hommes destinés à y habiter. L’entrée se fait donc par le haut : on arrive sur le cœur de la maison – le séjour – qui se trouve être au centre du complexe, comme la terre. Il est relié aux suites et dépendances par des galeries et escaliers ajustés à la forme du terrain, gravitant comme des orbites sur ses côtés. Et la piscine s’est insérée naturellement, dans une large faille rocheuse en deçà du salon où l’eau coule par débordement : la vie qui continue en somme.

Yves Gellie pour fonds de dotation Maison Bernard

Le pari architectural est poussé à son paroxysme grâce aux jeux de couleurs et de textures réalisés lors d’une récente rénovation. Pour préparer la maison à sa transition en tant que Fondation, les enfants de Pierre Bernard -Isabelle et Jean-Patrice- se sont lancés à leur tour à l’aventure après la disparition de leur père. La rénovation a duré 5 ans, un temps nécessaire pour se réapproprier et moderniser la maison.

Le travail a été confié à l’architecte d’intérieur Odile Decq qui a su apprivoiser la maison et en donner sa vision contemporaine sans changer l’architecture alternative de Lovag. Elle a respecté l’esprit anti-conformiste et restitué en se servant de la couleur pour jouer avec les lumières naturelles du lieu, revisiter les espaces, moduler les volumes, redessiner les perspectives et donner une identité forte aux différentes parties de la maison. Ainsi, les espaces qu’ils soient communs ou privatifs offrent convivialité et intimité à ses habitants.

Yves Gellie pour fonds de dotation Maison Bernard

Odile a aussi réalisé des objets en adéquation avec le lieu. Sous son impulsion, les bulles ont envahi la maison, de l’étendage à linge en cercle à la penderie coulissante arrondie, en passant par les lits et baignoires ronds faisant écho aux fenêtres-hublots et autres skydômes pour admirer le ciel étoilé. Chaque centimètre carré a été optimisé. Pour autant, la surface de la maison reste un mystère : des experts mandatés ont délivré des estimations de surface comportant plus de 400 m² d’écart.

Yves Gellie pour fonds de dotation Maison Bernard

Découvrir la Maison Bernard s’apparente à un parcours initiatique. La pièce la plus emblématique pour s’en rendre compte est la chambre d’amis : on y retrouve toutes les couleurs de la maison. Et tout au long de la visite, on assiste à une transformation des couleurs, de dégradés en contrastes, depuis le lever de soleil à l’arrivée du soleil dans l’espace à l’Ouest, par petites touches s’intensifiant progressivement jusqu’à devenir un incroyable feu d’artifice. Une explosion de couleurs et un éveil des sens qui ne laisse personne indifférent !

Yves Gellie pour fonds de dotation Maison Bernard

 

Le Saviez-vous ?

– *Un habitologue est un auto-constructeur ; il n’a donc pas de diplôme d’architecture. Pourtant, les écoles d’architecture dédient désormais des cours à l’habitologie selon Antti Lovag.

– L’architecture organique est une méthode de construction rapide et peu coûteuse. Plutôt que de faire appel à des ouvriers spécialisés, Antti avait d’ailleurs recruté des paysans polyvalents, ouverts à d’autres manières de faire.

– La construction commence par le tissage d’une armature métallique autoportante et sans fondation. Quand le squelette a sa forme définitive, on place les gaines d’eau et d’électricité. Enfin, le béton est projeté, ainsi qu’une couche de polyuréthane pour l’isolation et deux couches de polyester avec fibres de verre pour l’étanchéité.

– La Maison Bernard comporte une résidence d’artiste : un studio et un atelier indépendants fraîchement rénovés dans le même esprit. L’artiste sélectionné reçoit une bourse et la possibilité de demeurer 6 mois sur place, au terme de quoi il doit laisser une oeuvre originale en relation avec l’architecture de la maison et son environnement naturel.

Publicités

Laissez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s